La vie de Pierino di Tonno est extraordinaire. C’est un photographe de grand talent qui a fait des clichés des plus grandes vedettes internationales.

Son logement du boulevard Saint-Laurent lui sert d’atelier. Clint Eastwood, Fellini (FELLINI!!!!), Robert de Niro, pour ne nommer que ceux-là. Un photographe hors-pair, l’une de ses âmes que la Petite Italie de Montréal ne doit jamais perdre.

Toute sa vie se retrouve dans se réduit situé au-dessus du marché Milano, au coeur de la Petite Italie. Or, voilà que le propriétaire du marché veut lui montrer qu’il possède une plus grosse âme que la sienne… En effet, le proprio vient de l’expulser de son logement… Un homme de 82 ans « dewors »…

Qu’est-ce que ça peut bien faire ? Une « badluck » de plus qui frappe ce quartier qui ne ressemble à rien, qui se « ville dortoirtise » au fur et à mesure que ses commerces ferment. J’ironise bien sûr. Expulser sans raison une personne comme monsieur di Tonno est une tragédie.

Pierino di Tonno est représentatif d’une Petite Italie qui se meurt. Une Petite Italie livrée en pâture à la spéculation immobilière, à la création de condos qui transforment peu à peu le boulevard Saint-Laurent en une « ville dortoir » assiégeant le marché Jean-Talon…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s