Tout récemment, j’ai retrouvé une image de Dante Alighieri que l’on m’avait remise à l’École Michelet pour récompenser mes travaux scolaires. On y mentionne qu’il est un illustre poète italien, auteur de La Divine comédie et de nombreux autres ouvrages poétique, politiques et philosophiques. C’est vrai, Dante est un badass de la littérature en Italie. Dans cette botte de roc et de terre taillée par les siècles, on dit même « la langue de Dante » pour faire référence à l’italien. Quel honneur ! Cela dit, Dante Alighieri passe tout de même dans l’Histoire comme un « one hit wonder » de la poésie, ce qui me semble très injuste. Heureusement, un ouvrage paru aux éditions Flammarion tente de rendre justice, si j’ose dire, au fameux Dante, en faisant ressurgir ses Rimes.

Rimes : jadis éparses, maintenant réunies

Est-ce que Dante serait d’accord que ses Rimes ressurgissent de l’oubli ? Sans doute aurait-il voulu avoir son mot à Dante dire sur cette réédition. « Ce n’est que de l’expérimentation poétique » aurait-il lâché pour ensuite retourner prestement au paradis rejoindre Virgile…

Des expériences, des poèmes variés, des « trucs » qui ne possèdent aucune valeur aux yeux du grand poète précurseur de la Renaissance… Ils ont même été exclus par Dante du recueil Vita Nuova, premier véritable ouvrage du poète italien qui consiste en un prosimètre puisqu’il contient des textes en prose et en vers. Aucune valeur ? Ça semble dur d’être Dante, vous ne trouvez pas ? Avec Boccace et Pétrarque, il ne forme qu’une « punch line » poétique qui a imposé le toscan comme langue littéraire… Quelle modestie !

Rimes : les débuts d’un nouveau style littéraire

Nous sommes témoins de la naissance d’un style littéraire nouveau, soit le Dolce Stil Nuovo, qui pige dans la tradition poétique sicilienne puis toscane. Il s’inspire aussi du chant des troubadours, des poètes provençaux et de la civilisation courtoise. Il est vrai que Dante a voulu se rapprocher considérablement d’un langage plus familier afin d’être compris par un plus vaste éventail de personnes.

Sur la composition des poèmes, nous ne possédons que peu d’information. On sait qu’ils ont été écrits sur une longue période, soit de 1283 à 1306-1308). Le premier a été pondu à l’adolescence, alors que le dernier a pris forme sur papier avant la préparation de la Divine comédie. Le recueil propose diverses techniques, diverses musicalités, me faisant penser aux Études de Frédéric Chopin bien avant la lettre. Ou la note. Ou… peu importe.

Ici, Rimes est employé au sens de poèmes. Au Moyen-Âge, c’est le mot que l’on employait pour désigner la poésie. Ces œuvres ont été écrites pour savourer la rime, un procédé qui, implanté après la disparition de la poésie antique, est devenu la « lingua poetica » à suivre et à vénérer dès le XIIIe siècle.

Et puisque l’édition est bilingue, on peut aussi se délecter de toute la musicalité de la langue italienne. En ce sens, l’auteure Jacqueline Risset a fait un travail colossal. Il faut dire qu’elle connaît bien Dante puisqu’elle a produit une traduction de référence de la Divine Comédie.

Dante Alighieri : Rimes
Traduit de l’italien par Jacqueline Risset
Flammarion, 400 pages
46,95 $

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s